Dylan Cote

OPSIOMASQUES

OPSIOMASQUES

FLUENCE

EARTHSATZ

MANU LE MALIN
A/V SET

EXPAND

DÉVISAGER

M-I-L-D

ERSILIE

VISION /
VISION

DÉSCALIER

TWOFOLD

BABEL BRUIT

réalité virtuelle / sculpture sur bois / techno-animisme

flux / insalubrité numérique / interactivité ambiante

univers de poche / photogramétrie au carré / live AV

sordidités lumineuses / scénographie vidéo

design fiction / data pour ton bien / recherche

corps en kit / identité fragmentée / installation foraine

rêve lucide / 3D / clip divagant

ville / lumière / diffraction interactive

fenêtres à fictions / 3D / webdesign expérimental

dés / escaliers / mot-valise

signal vivant / univers graphique / clip épileptique

atomisation pixellaire / brouillage signal / vidéo-mapping

Projet réalisé dans le cadre d'une résidence organisée par le fablab l'Établi, en collaboration avec le sculpteur sur bois Christophe Doucet.

Dans les cultures animistes, humains et non-humains (animaux, plantes, objets...) possèdent le même type d'intériorité : derrière chaque non-humain se cache un esprit humain. Seul l'extériorité physique opère une véritable rupture entre ces deux catégories.

Le masque est un objet rituel de représentation de non-humains, les animaux en sont un sujet typique. Il permet, lorsqu'il est porté, non seulement d'animer la représentation en question, mais également de rendre son caractère humain évident puisque le masque prend vie grâce à un corps et une gestuelle humaine formant un être hybride.

En s'inspirant des principes de cette conception du monde, les Opsiomasques cherchent à évoquer les intériorités humaines des animaux représentés par les sculptures sur bois de Christophe Doucet. Une quinzaine d'entre-elles ont été réinterprétées en 3D (via photogrammétrie) puis « humanisées » de manières plus ou moins importantes. Quelques-unes ont vu leur corps se mettre en mouvement, d'autres ont obtenus des expressions faciales tandis que certaines ont été dotées d'un ersatz de corps humain. Ces créatures hybrides habitent en communauté dans un univers sylvestre fantasmagorique composé de fragments de scan 3D.

Le spectateur est invité à visiter ce microcosme grâce à un dispositif de réalité virtuelle intégré à un masque en bois. Ainsi, en naviguant physiquement dans cet univers numérique (tourner la tête, mouvoir son corps...), il donne vie (et humanité) à la créature représentée par le masque qu'il porte.